Le secret de ces personnes qui réalisent leurs rêves, comme mon père.



Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon père. Nos rapports n'ont pas toujours été fluides et pourtant, aujourd'hui, je te parle de lui. Mon père a une vie créative. Mon père réalise ses rêves, vis des expériences, "jwi la vi" (jouit la vie) comme on dit en Ayiti.


Mon père est une des sources de mon inspiration.

Mon père, jeune homme originaire du Gers (région reculée du Sud Ouest en France), a un jour décidé de s'expatrier. Il avait eu un instit à l'époque qui revenait d'Afrique et qui berçait ses élèves de récits magiques. Il avait envie lui aussi de voir son rêve d'évasion se réaliser.

On lui a dit: pour partir en Afrique, il faut être pistonné.

Ni une ni deux, il est alors monté à Paris, avec deux amis, pour chercher du piston. C'est drôle. Et c'est vrai. Il a eu ce qu'il voulait. Avec beaucoup d'audace. Avec un certain culot.

Il a alors embarqué sur un bateau direction la Casamance. (région du Sénégal) On était dans les années 70, c'était une aventure extraordinaire. Il voyageait avec les petites gens et admirait ces expats qui se baignaient dans la piscine, qui vivaient une vie à mille lieux de la sienne. Il s'est promis de s'offrir le même luxe, la même chance, il s'est promis, lui aussi, d'être un jour un de ces nantis. Il a réussi.

Des années après, il a emmené sa femme et ses filles au Burundi, puis au Mali et enfin nous sommes revenus au Sénégal, vers ses premières amours, vers ce pays où tout avait commencé pour lui. Mon père a une vie digne d'un (bon) roman. Et moi aussi, en partie grâce à lui.


Je ne suis pas là pour parler de la France-Afrique, des néo colonies ni des dérives de l'expatriation. Je ne suis pas là pour faire l'apologie des blancs venus s'installer sur le continent Africain et j'ai aujourd'hui moi-même pris mes distances avec ce milieu tout en continuant à vivre sur ce continent où j'ai mes racines.


Ce qui m'importe aujourd'hui, c'est de te dire que oui, c'est possible. De réaliser ses rêves, ses désirs, de les matérialiser. Comment?


UNE SEULE SOLUTION.


Agis comme si tu avais déjà réussi.

Agis comme cette version de toi qui a déjà obtenu ce qu'elle veut.

Agis en héros/ héroïne de ton propre roman.


Si l'argent est le seul problème, tu le feras quand même.

Si tu as besoin de courage, de coeur, d'inspiration, trouve-les.

Si c'est le culot et l'audace qui te manque: va les chercher.


Je suis moi-même revenue au Sénégal, adulte, pour y travailler. J'y ai écrit mon premier roman. Et aujourd'hui, j'y suis encore très profondément reliée. 45 exemplaires de mon roman "Sangs mêlés" viennent d'y arriver. Avec la complicité de ma soeur de plume Fatimata Diallo Ba ( dont les excellents romans sont publiés chez l'Harmattan), nous allons distribuer ces exemplaires dans différents établissements scolaires: français et sénégalais. La boucle est bouclée.


Aujourd'hui, je suis très émue car c'est une histoire de famille qui continue de s'écrire.


Bon anniversaire Papa. Et merci.


Et toi, c'est quoi cette histoire que tu as envie de raconter aujourd'hui?

Et toi, c'est qui ton modèle en matière de vie créative?

Et toi, qu'est-ce que tu attends pour réaliser ce désir que tu as envie de vivre?


Avec beaucoup d'émotion,


Fanny


ta romancière chamane et badasse du Sahel qui écrit des histoires de blancs un peu noirs et de noirs un peu blancs comme dans mon roman "Sangs mêlés" et dans son adaptation théâtrale "Gorgi-Djiguene" (littéralement "Homme-Femme" en wolof, une des langues nationales du Sénégal avec le français)


Comme tous mes romans, tu peux te les offrir par là, avec les magnifiques illustrations d'Agathe Ricart.

Amazon.fr - Sangs mêlés: (un roman poignant sur les relations mères/filles, un témoignage sur l'adoption) - Campan, Fanny, Ricart, Agathe - Livres

Gorgi-Djiguene: (pièce de théâtre adaptée du roman "Sangs mêlés") eBook : Campan, Fanny, Ricart, Agathe: Amazon.fr: Boutique Kindle


ta sage plume qui t'accompagne à te rendre hommage, à te raconter, à te libérer et à te choisir au travers du roman de ta vie, du livre de ton âme. Il me reste toujours une place si ça te dit de rédiger, publier et ou vendre ton histoire.


Les sublimes photos ont été prises proche de l'étang de Canet en Roussillon (France) par Dorothée Stanek.


39 vues0 commentaire