L'artiste, l'artisan, le marchand et l'histoire.


Elle est pas mal cette idée, en fait.


Ça commence comme ça.


Une histoire frappe à mon esprit.

Toc.toc.


Une histoire parfois en forme de personnage, parfois juste en forme de phrases qui se collent les unes aux autres.


Des phrases qui ont du sens, ou des phrases dans le désordre.


Parfois c'est l'image d'une histoire.

Parfois, c'est le chemin de l'histoire.

(rarement)


Soudain, l'histoire débarque, comme un cow boy, en pleine nuit, sur la cuvette des chiottes, en pleine discussion avec mon fils.


Ou quand je coupe les légumes dans la cuisine.


Je me sens comme l'artiste qui reçoit l'inspiration.


Alors, je me mets à l'écrire, cette histoire. Je déroule le fil. J'imagine.


Ensuite, il faut la mettre en forme. La façonner, la bricoler, l'assaisonner, la modeler, la transformer en livre. En objet.


L'histoire, faut la traiter comme un artisan qui crée un bijou précieux, avec l'amour qu'a le tailleur pour son tissu, qu'a le boulanger pour sa farine, qu'a le menuisier pour son bois.


L'artisan et l'artiste se donnent la main pour donner vie à l'histoire.


Ensuite ils invitent le marchand qui la vend.


Parce que l'artiste et l'artisan, ils ne travaillent pas que pour l'amour de l'art.


On parle de ton artiste, ton artisan et ton marchand, de comment leur créer de l'argent en échange de tes histoires lors de ma masterclasse ( payante) du 17 mai.


Parce que cow boy ou pas, ce sont les ficelles de mon travail que je vais te partager.


Fanny


Je suis romancière chamane et j'aime inventer des histoires qui transforment ta vision du monde. Je te mentore si toi aussi tu as envie d'écrire.

4 vues0 commentaire